Rechercher
  • Ghita El Hajji

Comment trouver un stage en VC : le guide ultime

Dernière mise à jour : nov. 16

MAJ 16/11/2021


Bonjour à tous, je suis Ghita, étudiante à l’ENS. C’est durant mes stages en startups et en VC que j’ai eu envie de créer First-time Founders, un média qui décrypte les dernières tendances dans la tech, le monde du VC et l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je te propose un guide pour t’accompagner dans ta recherche de stage en VC.



Pendant mes stages chez Serena et Citizen Capital, j’ai reçu plusieurs messages de jeunes étudiants à la recherche d’un stage en VC. Le VC est un secteur très en vogue et fait probablement partie des milieux les plus difficiles d’accès pour les jeunes talents. En effet, il n’y a que très peu de fonds en France et ils recrutent que 1 à 2 stagiaires tous les 6 mois.

Je suis là aujourd’hui pour vous livrer les secrets qui m’ont permis de décrocher mes 2 stages en VC.


Mais avant de commencer, n’hésitez pas à vous abonner à First-time Founders pour recevoir 2 fois par mois des analyses et des articles autour de la technologie, de l’entrepreneuriat et du VC.




Dans cet article, je vais vous partager mon expérience :

  • Partie I : La recherche d’offres. Comment trouver les offres de stages ? Dans quels fonds candidater et comment être sûr de postuler parmi les premiers ?

  • Partie II : La candidature. Comment construire son CV ? son mail de candidature ? Comment répondre aux formulaires ?

  • Partie III : Les entretiens. Comment réussir les entretiens de fit et les études de cas ?

  • Partie IV : Les ressources. Quelles sont les ressources à connaitre pour préparer ses entretiens ?

Tout au long du guide, je vous propose des exemples et des éléments de réponses.


La recherche d’offres


On peut distinguer deux catégories de fonds dans le VC :


Ceux qui publient des offres de stages : de nombreux fonds d’investissement publient des offres de stages sur leurs pages Linkedin, sur leurs sites ou en utilisant d’autres canaux de communication. Pour maximiser vos chances de retrouver ces offres et de postuler dans les 48 h qui suivent la publication de l’offre, je vous conseille de :

  • Faire une liste de tous les fonds qui vous intéressent. Serena publie chaque année une liste des fonds actifs en France. Vous la retrouverez ici.


  • Suivre leurs pages LinkedIn où celles de leurs Analysts/Associates/Partners et consulter régulièrement leurs sites pour garder un œil sur leurs publications.



  • Suivre la newsletter de baby.vc qui récapitule chaque semaine les offres de stages, de CDI ou de CDD des fonds d’investissement. La team babyvc a aussi créé un job board que vous pouvez retrouver ici.


Ceux qui ne publient pas d’offres de stages : ces fonds recrutent généralement depuis leurs pools de candidatures spontanées. Je vous conseille de contacter le stagiaire du fonds sur LinkedIn qui saura probablement vous renseigner. N’hésitez pas non plus à envoyer directement un mail de candidature ou un message sur LinkedIn aux employés (de préférence aux Analysts) des fonds qui vous intéressent.


Si vous ne savez pas de quelle catégorie fait partie le fonds qui vous intéresse, je vous conseille d’être plutôt proactifs et de contacter rapidement des personnes qui travaillent au sein de ce fonds. Elles sauront vous rediriger.


De manière générale, il ne faut pas hésiter à contacter les VC. Ils sont pour la plupart bienveillants et n’hésiteront pas à discuter avec vous et à vous orienter. Ils pourront également vous donner de précieux renseignements sur le fonds auquel vous postulez.


La candidature


Le CV


Votre CV doit être clair, précis et épuré. Inutile de mettre votre photo. Je vous conseille également de le rédiger en anglais. N'hésitez pas à mettre en avant vos activités extra-scolaires, notamment si elles sont liées à l'entrepreneuriat et même si vous en êtes au tout début.




Je vous recommande de faire un stage en VC en deuxième partie de césure. Il vous sera très difficile de trouver un stage sans avoir eu au moins une expérience significative. 4 types d’expériences sont appréciées par les fonds :

  • La finance : un stage en M&A, Transaction Services, Private Equity ou en levée de fonds vous ouvrira plus facilement les portes du VC. Une expérience en finance constitue un gage de rapidité d’exécution et de rigueur d’analyse pour le fonds.


  • Le conseil : de la même manière, un stage en conseil, et plus particulièrement en conseil en stratégie, est une garantie pour le fonds de votre capacité de travail.


  • L’opérationnel en scale-up : je vous recommande de rejoindre l’équipe opérationnelle d’une scale-up qui a levé auprès d’un fonds tier-one (Sorare, Doctolib, Aircall, etc.). Vous devriez, à mon sens, privilégier les scale-ups aux startups seed pour gagner en crédibilité auprès des fonds.


  • L’écosystème startup : un stage dans un accélérateur, un incubateur, un réseau d’entrepreneurs ou encore un club de BAs peut vous permettre de vous différencier d’autres candidats par votre connaissance de l’écosystème et votre compréhension des startups en amorçage.

Soyons honnêtes, les fonds privilégieront quasiment toujours un étudiant qui a effectué un stage dans une grande banque d’affaires ou dans un grand cabinet de conseil et qui étudie dans une école parisienne (X, HEC, ESSEC, CentraleSupelec…). Le VC français reste très élitiste. Certains fonds préfèrent également les ingénieurs aux commerciaux (les fonds deeptech et certains fonds plus industriels/hardware par exemple).


Sachez toutefois que l’école de provenance n’est pas rédhibitoire. Vous pouvez toujours faire du VC si vos expériences préalables intéressent les fonds ou si votre profil se démarque grâce à vos activités parascolaires. Comme le dit très bien Alexandre Dewez dans son article, pour augmenter vos chances d’obtenir un poste en VC, vous devez faire des choses qui vous permettront de vous distinguer de la masse. Comme dans beaucoup d’autres secteurs, votre CV ne suffit plus et vous devez vous différencier. Vous pouvez par exemple créer du contenu (articles, podcasts…), lancer une communauté, rejoindre une association, etc.


Le mail


Votre mail de candidature doit être précis et concis. Vous devrez être en mesure d’expliquer en quelques lignes votre parcours et ce qui vous a mené aujourd’hui à postuler en VC. Vous pouvez aussi indiquer dans ce mail 1 ou 2 startups qui pourraient intéresser le fonds, sans oublier de justifier votre choix.



Les formulaires


De nombreux fonds vous demanderont de remplir des formulaires pour tester à la fois votre intérêt pour l’écosystème entrepreneurial et VC, mais aussi votre esprit critique et analytique.


Quelques questions et pistes de réponses :

  • Quelles sont les 3 startups de l’écosystème dans lesquelles vous investiriez et pourquoi ?

  • Dans quelle startup de notre portefeuille auriez-vous investi ? Pourquoi ?

  • Dans quelle startup de notre portefeuille n’auriez-vous pas investi ? Pourquoi ?

  • Selon vous, quelle tendance sectorielle/technologique sera un sujet d’actualité dans 2 à 5 ans ?

Une véritable connaissance de l’écosystème entrepreneurial, du métier de VC et du fonds dans lequel vous postulez est nécessaire pour répondre à ce type de questions. N’hésitez pas à vous renseigner sur le fonds (thèse d’investissement, portefeuille, ticket moyen, spécificités…) et à garder un œil sur l’actualité de l’écosystème (ressources à la fin de cet article).


Il est important que toutes vos réponses soient justifiées. Si vous proposez d’investir dans une startup, vous devez sélectionner un certain nombre de critères pour étayer votre choix. Montrez que vous avez bien compris le marché et le modèle économique de l’entreprise et que vous êtes en mesure de repérer à la fois ses points forts et faibles.


Ces ressources vous aideront à mieux analyser des startups et à mieux comprendre la façon dont réfléchit un VC :




Prenons un exemple : Pony est une startup française qui vend des véhicules aux particuliers (vélos et trottinettes électriques) qui peuvent les privatiser ou les partager avec d’autres personnes pour générer des revenus complémentaires. L’entreprise a été créée en 2017 par deux entrepreneurs et a levé des fonds en 2019 auprès de Demeter et de Kima. Pour défendre Pony, je choisis d’avancer 5 arguments.

  • La profondeur du besoin : Pony apporte une véritable réponse aux besoins liés à la mobilité urbaine. Les piétons sont à la recherche d’un moyen rapide et pratique pour se déplacer. Les voitures et les transports publics peinent à satisfaire pleinement leurs usagés. Pony résout un réel pain point.

  • Un produit qui change la donne : Pony propose une solution originale basée sur l’économie du partage et a réussi, à mon sens, à répondre aux enjeux environnementaux liés aux véhicules de micro-mobilité. (Batteries qui durent plus longtemps et utilisation de vélos cargo pour le transport des vélos et des trottinettes électriques).

  • Le modèle économique : Pony se distingue fortement de ses concurrents grâce à son modèle économique qui lui permet (i) d’être immédiatement rentable et (ii) de faire face aux problèmes de vandalisme en responsabilisant les utilisateurs et en les rendant propriétaires de leurs véhicules.

  • Traction : On trouve des flottes de vélos et de trottinettes électriques Pony à Angers (opérateur unique), Bordeaux, Grenoble (opérateur unique), Liège, etc. Les vélos électriques Pony sont également disponibles à Paris. L’entreprise continue d’ouvrir plusieurs villes européennes (Lisbonne, Turin, etc).

  • Marché et concurrence : C’est le point faible du dossier à mon avis. Pony opère dans un marché très concurrentiel et de plus en plus réglementé. Il lui sera difficile de faire face au pouvoir de lobbying des géants du secteur pour remporter les appels d’offres des mairies. Difficile certes, mais pas impossible, car Pony se démarque, à mon avis, de tous ses concurrents (modèle original, écoresponsable, made in France…). D’ailleurs, pour en savoir plus sur ce marché, n’hésitez pas à consulter mon étude.

⚠️ À cette étape-là, vous recevrez probablement des refus. Ne vous découragez pas ! Gardez en mémoire que le VC est un milieu difficile d’accès, où il n’y a que très peu de places pour beaucoup de candidats. N’hésitez pas à demander du feedback sur vos candidatures, cela vous permettra de travailler vos points faibles et témoignera aussi de votre intérêt pour le fonds.


Les entretiens

Le processus se déroule souvent en 2 ou 3 temps.

L’entretien de fit


Au cours de ce premier entretien, les VCs vous demandent de vous présenter et évaluent votre motivation et votre connaissance du métier.


Vous pouvez d’ores et déjà préparer certaines questions :

  • Pouvez-vous vous présenter ? (prévoyez une présentation rapide, concise et cohérente qui retrace votre parcours et qui explique pourquoi vous postulez aujourd’hui en VC)

  • Pourquoi notre fonds vous intéresse-t-il ?

  • Comment fonctionne un fonds d’investissement ?

  • Pourquoi voulez-vous faire du VC ?

  • Parlez-nous de vos anciennes expériences professionnelles.

  • Quels sont les secteurs qui vous intéressent ? Pourquoi ? Quelles sont les dernières tendances dans ces secteurs (pour cette question, je vous recommande de développer vos connaissances sur un ou deux secteurs en vous abonnant à des newsletters tech comme First-time Founders, en français ou Overlooked, en anglais)

  • Quelles sont les dernières levées de fonds dont-vous avez entendu parler ?

  • Quelle a été l’IPO ou l’acquisition la plus intéressante de ces dernières années ?

  • Comment évaluez-vous une startup ?

  • Comment sourcez-vous une startup ?

  • Bonus : Cet article regroupe la quasi-totalité des questions qui peuvent vous être posées lors d’un entretien.

Vos réponses doivent être claires. Les VCs cherchent avant tout quelqu’un de structuré, avec un bon esprit critique et analytique et qui s’intéresse vraiment à l’écosystème.


Je vous conseille également d’être prêts techniquement. Le niveau d’exigence technique attendu en entretien en VC reste relativement bas par rapport au M&A/TS/PE. Cependant, il faut savoir répondre à quelques questions de base :

  • Quels sont les différents business models qui existent ?

  • Quelles sont les différentes metrics à connaitre lorsque l’on analyse une entreprise SaaS ? une marketplace ?

  • Déroulez-nous un P&L

  • Comment calcule-t-on le CAC ? le churn-rate ?

  • Qu’est-ce qu’une Lifetime Value ?

  • Que signifie le ratio LTV/CAC ?

  • Quelle est la commission moyenne que prend une marketplace ?

  • Valorisation pre/post money, dilution, etc. (des calculs très simples peuvent vous être demandés pour tester votre compréhension des mécanismes d’une levée de fonds.)

Le premier entretien est l’occasion aussi de mettre en avant la valeur ajoutée que vous pouvez offrir au fonds (des idées pour le développement du fonds, une stratégie de sourcing personnelle, la maitrise d’une verticale qui intéresse le fonds, etc.). Démarquez-vous !


L’étude de cas


La plupart des fonds demandent à leurs candidats de préparer et de présenter une étude de cas. Les recruteurs essayeront au cours de l’entretien de challenger vos propos et de pousser votre analyse.

Il existe différentes typologies d’études de cas. Je vous présente ci-dessous 3 exemples qui reviennent assez souvent :

  • L’étude d’une startup : le fonds vous propose de livrer les impressions et les interrogations qui vous viennent à la lecture du deck d’une startup. Le but ici est de se mettre dans la peau du VC analyst pour émettre un avis sur la startup en question. Je vous conseille de commencer d’abord par présenter l’entreprise (l’équipe, l’offre, le marché et ses tendances, les concurrents, les perspectives d’exit…) puis de l’analyser (en utilisant par exemple la grille évoquée plus haut dans l’article) pour enfin dire si cette entreprise peut être oui ou non un bon fit pour le fonds. Un exercice similaire consiste à proposer deux à trois startups qui seraient de bons investissements pour le fonds. Pour les trouver, il faut suivre l’actualité de l’écosystème (voir les ressources à la fin de l’article) et se connecter aux bonnes personnes (entrepreneurs, investisseurs, leveurs…) sur LinkedIn. Je vous recommande ensuite de procéder de la même manière pour les analyser.


  • L’étude d’un secteur : le fonds vous propose d’analyser une verticale/un secteur. L’idée ici est de tester votre capacité à synthétiser des informations, à comprendre les dynamiques d’un marché et les tendances à venir. Je vous recommande de faire une analyse du sujet (définition de la verticale/secteur), de la taille du marché et des principaux acteurs qui y opèrent, de la clientèle cible, des différentes tendances à venir, des limites ou défis inhérents à la verticale, etc. Les plus motivés d’entre vous peuvent aussi proposer un mapping des différentes startups françaises / européennes du secteur. Ci-dessous, quelques analyses de marché que j’ai pu faire et que je propose sur First-time Founders :

Les néobanques pour adolescents

La logistique

Le metaverse

La finance responsable

La micro-mobilité

La viande végétale

Les developers tools

La sextech


  • L’étude de cas financière : plutôt rare, elle s’accompagne souvent de l’un des deux exercices cités plus haut. On peut vous demander d’analyser les cohortes d’une entreprise et/ou son business plan ou de calculer certaines metrics (LTV, CAC, etc.) et d’analyser leur évolution dans le temps.



Le dernier entretien


Ce dernier entretien est un entretien de fit, souvent effectué avec un Partner du fonds, pour confirmer votre intérêt pour le stage et le fonds.


Ressources

Il y a énormément de ressources en ligne qui peuvent vous aider à préparer vos entretiens. J’ai regroupé dans cette section quelques sites, articles et podcast qui m’ont aidée à me forger une culture tech et à décrocher mes stages :




Vous pouvez également vous inscrire au bootcamp babyvc autour du VC et de la tech et qui propose :

  • Des talks, workshops, dîners, évènements networking, avec des VCs de renom, des Business Angels, des entrepreneurs, des top managers d’incubateurs/accélérateurs.


  • La rédaction d’une newsletter hebdomadaire (+3000 abonnés) pour décrypter toutes les actualités de l’écosystème et gagner en visibilité auprès d'une audience de VCs et d'entrepreneurs.


  • La création des épisodes des podcasts “Dans la tête d’un VC & CEO” avec les meilleurs investisseurs et entrepreneurs en France et à l’étranger.


  • Un accès à une communauté avec de nombreux passionnés et personnes désireuses d’en savoir plus sur les différents métiers de l’écosystème tech et start-up.

Enfin, les programmes de Scouting sont également un bon moyen de trouver un stage en VC (G.Ventures à Paris et APX à Berlin). Leur objectif est de former des étudiants afin de leur permettre d’identifier des entrepreneurs prometteurs au sein des plus grandes écoles et universités européennes.


Vous avez aimé cet article ?


Partagez-moi vos feedback ainsi que vos recommandations pour les semaines suivantes sur LinkedIn ou en répondant à ce mail.


N'hésitez pas aussi à vous abonner à First-time Founders.


Merci à Noé, Perle, Paul.D, Paul.J, Océane et Ghita pour la relecture.


Ghita


2,511 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout